REVUE DE PRESSE

  • Rue de l’Horloge

Article O-F Rue St Michel. 26-4-2017-1

« VIVE LES SERVICES DE PROTECTION DU PATRIMOINE DE L’ETAT ET DE LA REGION BRETAGNE ! »

« Que pèseraient « LES AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS » s’ils n’étaient pas accompagnés des initiatives des services de l’Etat et de la Région (Bâtiments de France= Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Ille et Vilaine, DRAC BRETAGNE = Direction des Affaires culturelles Bretagne)?

Eh bien : « Rien du tout » !

Les élus locaux majoritaires ne pensent qu’à densifier la ville et ne considèrent le patrimoine que pour le prestige et les retombées économiques du tourisme que peuvent apporter les monuments rennais les plus emblématiques…Ils ont, eux même, institué une liste du patrimoine local remarquable annexe au PLU dont ils ne tiennent absolument pas compte au moment d’accorder des permis de démolir et construire au profit de promoteurs qui vont construire des immeubles industriels enlaidissant et dévégétalisant le plus souvent, le paysage de la cité.

Les services officiels de l’Etat et de la Région, sont, au contraire, attentifs à la préservation de l’Histoire et de la qualité architecturale de la Ville en intervenant le mieux possible, dans le respect de la loi, sur les édifices et ensembles bénéficiant d’une protection « Secteur Sauvegardé » ou « Classement Monument Historique » et périphérie des 500 mètres. Si les Architectes des Bâtiments de France sont aussi méticuleux, c’est pour redonner au patrimoine rennais son aspect initial en évitant les dégradations intervenues  pour faire passer le modernisme sanitaire avant qu’existe la législation protectrice.

« LES AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS » ne peuvent qu’encourager le dialogue entre les partiees concernés pour parvenir à de bons accords sauvegardant d’abord le patrimoine. L’absence de la Municipalité dans la médiation n’est pas un facteur favorable…Il y a d’autres manières de faire que de régler le problème en autorisant la destruction, la disparition du patrimoine.

Ce contenu a été publié dans Comité Local du Patrimoine, Revue de presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *