ETRE A L’ECOUTE DES HABITANT-E-S

Intervention d’habitant-e-s dans le cadre du nouveau PLU de Rennes pour le quartier Francisco Ferrer.

Voici le message qu’ils ont lu lors de la réunion publique du 31 mai :

 

« J’interviens aujourd’hui en tant que porte-parole d’un groupe d’habitants du secteur Oradour sur Glane/Paul Langevin/Franklin Roosevelt pour vous demander de réétudier le projet de modification du PLU sur cet ilot, ce poumon vert qui concerne18 parcelles au milieu d’une centaine de maisons.

Dans le projet, le secteur passerait d’une zone pavillonnaire à deux zones UB1a et UC1a (soit des bâtiments d’une hauteur R+5+ les combles) dont certains terrains sont aujourd’hui entièrement entourés de maisons !  Ce grand écart paraît pour le moins incompréhensible, voire étonnant  et nous demandons notre réintégration dans un zonage unique pavillonnaire (UE3a) comme le reste du secteur

Notre quartier est un témoin de l’architecture Rennaise d’après-guerre. Les maisons ont été construites entre 1948 et 1950 sur les mêmes plans et avec les dommages de guerre. Il y a un devoir de mémoire et nos maisons sont les témoins de cette époque. C’est un patrimoine d’intérêt local à protéger

C’est aussi un quartier populaire à forte mixité sociale (Francisco Ferrer, plus de 20% voire 25% de logement sociaux)  qui sert à aérer et à respirer un secteur déjà fortement urbanisé, et donc à lutter contre le réchauffement climatique, verset très cher à votre communication. Le quartier fait d’ailleurs partie de la trame verte … qui est une zone verte à protéger

Pour bien comprendre, ce projet va anéantir l’ensemble du secteur et on sent bien que c’est une première pierre à l’édifice, la suite étant la destruction du quartier Ste Thérèse/Francisco Ferrer. Il va impacter directement plus d’une centaine de familles de toutes catégories sociales (petites maisons d’habitat d’urgence d’après-guerre, maisons récentes ou en travaux et petit collectif) et indirectement plusieurs centaines d’autres familles : càd les familles des immeubles de la rue Langevin et du boulevard Franklin Roosevelt qui n’auront plus de vue dégagée vers les jardins mais des immeubles R+6 de l’autre côté de la rue.  A cela s’ajouteront tous les problèmes engendrés par cette nouvelle concentration dans un quartier non dimensionné pour cela (nouveaux flux de circulation, pb. de sécurité pour nos enfants, rues étroites où on se croise difficilement,  la pollution, le bruit)

Elever des immeubles sur cet ilot, c’’est la perte d’identité du quartier, la perte d’un équilibre de vie sociale et locale, une forme de village urbain, qui participe pour sa part à ce que Rennes se classe ou se classait comme une des villes où il fait le mieux vivre. Ce sont ces quartiers historiques qui font l’identité de la ville. J’ai entendu partout « la ville s’enlaidit, elle devient moche, elle oublie ce qui a fait ce qu’elle est aujourd’hui ». Densifier pour densifier pour qui, pour quoi ? Densifier pour copier toutes les mauvaises bonnes idées de densification, densifier pour raser ce qui fonctionne ? Il est encore temps de redresser la barre, d’amener plus d’humain et moins de bureaucratie dans ce projet

Pour la petite histoire, nous avons eu connaissance du projet  de modification du PLU par un courrier de BOUYGUES nous annonçant que nos parcelles étaient désormais très intéressantes pour construire des logements collectifs et qu’on nous proposerait un prix largement au-dessus du marché.. C’est  très élégant, on s’attendait à autre chose en termes de communication sur le projet.

Nous sommes unis et  remontés, vous n’avez répondu à aucun de nos courriers. Le seul moyen de nous faire entendre est de vous interpeller ici.  Très prochainement, nous vous remettrons une pétition locale qui est  assez conséquente, au-delà de nos espérances, et montre bien le désarroi des habitants de ce secteur. Nous participerons à l’enquête publique et espérons vraiment être écouté. Avec quelques doutes toutefois car les promoteurs s’activent déjà alors que celle-ci n’a pas encore débutée. Ce qui est un peu troublant !  La seule réponse orale que nous ayons eu c’est lors d’une rencontre impromptue avec Catherine Debroise élue, chargée du quartier : c’est qu’elle ne comprend pas le projet de modification du PLU sur nos parcelles. Nous non plus d’ailleurs -vous l’avez compris- nous ne comprenons pas pourquoi cette enclave a été prévue

Pour conclure, il est écrit dans le projet de Rennes 2030 : «  Profitons de la vie dans tous nos quartiers ». Nous adhérons complètement.  « Dont acte » comme vous l’écriviez dans le magazine « Les Rennais » de mai.

Sans aucune provocation de ma part, mais c’est ce qu’on ressent et cela nous laisse un goût amer, on a tendance désormais à entendre : «  Profitons de la vie dans tous nos quartiers » … avant qu’ils ne soient cassés

Merci de m’avoir écouté, merci de traiter –sérieusement- notre demande de rester dans un zonage unique pavillonnaire (UE3a) comme le reste du secteur et de nous proposer un vrai contact avec qui échanger

Nous profitons aussi de cette occasion pour vous proposer de venir nous rencontrez sur place pour juger par vous-même du pourquoi de notre requête, des impacts forts sur les riverains et la vie, l’identité du quartier »

Ce contenu a été publié dans Comité Local du Patrimoine, Stop aux destructions !. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *