La tour signal du Couvent des Jacobins 2/2

LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE, L’AVIS SUR CERTAINES CHOSES NON PLUS

En ce mois d’octobre, les dénonciations des illuminations à tout va et de leurs supports comme autant de nuisances à l’environnement paysager, patrimonial et général ne manquent pas :

1/ « Paysage de France » -Groupe de Rennes- demande aux APR de s’associer à une action originale contre les panneaux numériques publicitaires, installés récemment en cœur de ville. Une courte majorité du Conseil d’Administration répond favorablement à « Paysage de France » et à ses partenaires en accolant quelques remarques argumentaires complémentaires :

  1. L’agression des panneaux est plus ou moins importante selon l’endroit où ils se situent et selon la nature du message (flashes, changement rapide de couleur ou conception plus sobre). Il semble évident que ces panneaux soient bannis des abords des monuments historiques, des sites patrimoniaux remarquables et des bordures ouvertes à la circulation automobile.
  • Sont superflus également : les signalétiques non indispensables, certains mobiliers urbains fantaisistes, certains appendices qui viennent souiller les façades des bâtiments de qualité patrimoine local remarquable ou « Monument historique ».
  • Il est demandé également que l’événement envisagé soit signalé préalablement aux autorités municipales pour éviter l’expulsion qui en empêcherait le déroulement.

    2. Une pétition « Eteignons la Tour signal du Couvent des Jacobins » est en circulation depuis le mardi 23 octobre et est déjà signée par plusieurs centaines de personnes (Voir article Ouest France Rennes – 25/10/18). C’est une autre histoire. Il s’agit à priori, au moins pour l’instant, d’informations culturelles sur un tableau électronique ayant également une fonction de phare signal palliant à la disparition du clocher d’antan.

C’est un sujet trop important pour ne tenir compte de l’avis que du seul Conseil d’administration. Pour tous les adhérents et sympathisants visiteurs, les pages internet sont grandes ouvertes à votre expression.

Votre point de vue nous permettra de mieux nous situer dans les méandres des innovations technologiques fournisseuses du pire et du meilleur.

Tino Rossi chantait « Tant qu’il y aura des étoiles dans la voûte des cieux… » encore faut il que les pollutions lumineuses ne nous empêchent pas un jour de les admirer au grand air et pas seulement par les artifices d’un planétarium.

Ce contenu a été publié dans Revue de presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *