Reprise de la transformation de notre ville …

 

Après la période de confinement, la réalisation du Plan Local Intercommunal (P.L.U.I)bat son plein. Les chantiers ont redémarré un peu partout. Rennes et ses communes associées poursuivent l’élévation moyenne des bâtiments et l’édification ici et là de géants là où étaient implantés des maisons parfois remarquables (Voir rue Coularbin, rue de la Palestine et sur tant d’autres boulevards et places de villages). Elles veulent ainsi montrer à toute la France qu’elles sont grandes métropolitaines en compétition dans le Top 10, qu’elles veulent l’être encore plus, au dépens de parties importantes de la région Bretagne et d’autres qui se vident puis sont désespérément abandonnés.

Les réflexions méditatives et les courtes promenades permises par attestation de déplacement dérogatoire ont donné du grain d’idées à moudre à l’association .

Deux exemples :

**Dès le relâchement en liberté du 11 mai : Même si la nature resplendit autour de nous pour les plus chanceux qui habitent des quartiers encore verts, nous perdons le calme bienfaiteur de ces 8 dernières semaines. Les chantiers autour de mon immeuble ont repris : l’Adoration dont l’intérieur de certains bâtiments est en cours de démolition et l’Hôtel Dieu où l’on travaille sur les façades. Les bruits de la ville, Hélas! Résonnent à nouveau. Que se passe t-il en douce autour et dans l’ancien hôpital?

***Dès le début du confinement, une personne, puis deux autres, habitant près du Thabor ont saisi les APR via leur président après avoir constaté l’apposition d’un panneau de permis de construire-démolir (11 mars 2020) sur le mur d’enceinte de la demeure qui jouxte les collectifs et maisons individuelles nouvellement construites à la place de bâtiments de Saint Vincent rue de la Palestine. Il s’agit d’une maison de caractère dotée  de deux étoiles dans le registre annexe au PLUI et flanquée d’un beau jardin agrémenté d’arbres avec petite serre à l’arrière du bâtiment principal. Cette maison, ne disposant que de deux étoiles, il est malheureusement possible selon les règles du PLUI de n’en conserver que des morceaux. Deux membres du Bureau, très connaisseurs, sont allés au Service roit des sols de Rennes Métropole le 20 mai, examiner le dossier. Il semble que l’opération est tout à fait navrante car elle défigure totalement une propriété de grande qualité et arborée et enlaidit encore cette pauvre rue de la Palestine déjà bien affectée. En effet, l’Hôtel particulier est conservé mais sa serre très intéressante est détruite. Le bâtiment ancien va se retrouver coincé entre un bâtiment sur rue surmonté de ridicules excroissances à la mode et des pseudo-maisons individuelles côté Saint Vincent. Un recours gracieux des APR sera peut être proposé après consultation du voisinage et décision du Conseil d’administration.

  Le journal Ouest-France de ce mercredi 27 mai décrit dans sa rubrique rennaise la construction „Bati-Armor“ annoncée près de l’Ecole élémentaire Saint-Michel, rues Saint-Hélier-Chateaugiron,  de collectifs comportant 145 logements  avec une école maternelle privée implantée sur rez de chaussée ouverte à partir de 2023. Le bel îlot de verdure de ce quartier se rétrécit petit à petit … Jusqu’à quand ?

Auparavant, ce temps bloqué propice à la prise de recul nous avait valu quelques billets critiques sur nos villes dans Ouest-France dimanche du 17 mai et dans Télérama de la semaine du 20 au 26 mai avec une interview de l’architecte Chemetov , créateur, entre-autres du Jardin de la Confluence.

Le Bureau de l’association va se réunir à nouveau, en plein air, en respectant les gestes  barrière, ce jeudi 28 mai. Il procédera à un tour d’horizon de l’actualité patrimoniale et en particulier des affaires qu’il suit particulièrement :

“Ferme des Champs rôtis la Robiquette“

“Le projet Archipel Habitat de la rue Jean Guehenno“

La relance de la pétition contre l’abattage des arbres de l’Avenue Janvier

La participation des APR aux projets concernant les bâtiments patrimoniaux hors d’usage de la gare de Rennes.

Ce contenu a été publié dans Prairies Saint-Martin, Préservations des arbres et espaces végétalisés, Stop aux destructions !. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *