Les Amis du Patrimoine Rennais réitèrent leur appel

  • PLUS D’ATTEINTE AU PATRIMOINE BATI ET VEGETAL
  • PLUS DE DENSIFICATION OUTRANCIERE.
  • DE VRAIS NEGOCIATIONS AVEC LES HABITANTS AVANT TOUT BOULEVERSEMENT URBAIN !

 

Ce jeudi 25 juin encore, Ouest-France nous signale que des riverains de la rue Jean Coquelin et des protecteurs de l’environnement social et écologique réunis dans le « Coque’llectif », restent mobilisés pour amener le promoteur de 80 logements à revoir son projet. C’est une opposition parmi bien d’autres (celles de « Quartiers solidaires » par exemple à la politique d’urbanisation des deux dernières municipalités rennaises.

Les Amis du patrimoine Rennais soutiennent ces contestations et remarquent, partout dans la Ville, des permis de démolir extrêmement critiquables:

  • ainsi au 16 rue de la Palestine,
  • à la Ferme des Champs Rotis à la Robiquette,
  • au 4 & 6 rue Dreyfus,

 

  • à l’Ecole Saint-Michel de la rue Saint Hélier,

Ecole Saint Michel

  • pavillons de très belles factures de la rue Coularbin etc…etc…

pavillon bientôt remplacé

  • sans compter ceux qui risquent de s’afficher juste après les élections du 28 juin.

La municipalité affirme rechercher la prospérité de la ville par la densification, le bourrage bétonné à tout prix malgré l’opposition de beaucoup d’habitants ! La municipalité prétend que la concertation existe puisqu’elle ne cesse de présenter des projets bien ficelés et définitivement bouclés à des individus et des groupes qui n’ont plus la possibilité de modifier quoique ce soit.

Jusqu’à maintenant la politique d’urbanisme ne faisait pas partie des sujets dont les Conseils de quartier avaient la possibilité de débattre … C’est dire : le confinement d’une majorité de Français dans 15 à 20 métropoles est une aberration !

 

LES AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS demandent aux élu(e)s :

  • De respecter à 100% le patrimoine architectural et historique remarquable.

 

  • De réduire très sensiblement la production de nouveaux logements et d’écouter, prendre en compte les remarques des riverains et de ceux qui les soutiennent.

 

  • De ne plus se vanter des milliers d’arbres que l’on va planter mais de tout faire pour préserver ceux qui existent…Voire l’exemple si emblématique de l’Avenue janvier.

 

 

Ce contenu a été publié dans Comité Local du Patrimoine, Préservations des arbres et espaces végétalisés, Stop aux destructions !. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *