En 14…

Sélection d’articles locaux parus  il y a 100 ans.

Le ton des journalistes était bien différent d’aujourd’hui et la réclame ne s’appelait pas encore la publicité. Après la déclaration de la guerre, la publicité a disparu et la censure laissait des blancs dans le journal. 

les allemands battus 27 11

 

 

Un Rennais de 15 ans est parti pour le feu. – Et nous aussi, Rennais, nous allons avoir notre soldat de 15 ans. Nous étions fiers, déjà, de posséder un artilleur de 14 ans et demi. Mais il ne nous appartenait pas en propre, puisque c’est Maubeuge qui nous l’envoya. Tandis que celui-ci est vraiment nôtre. C’est un Rennais pur sang.

Il s’appelle Paul Delalande et sa famille habite 22, rue du Pré-Botté. Il s’engagea et  envoya une carte postale à ses parents « Chers parents, je suis avec les soldats. Je suis très bien nourri et bien soigné. Je vais faire leurs courses ».

Le père dit « Puisqu’il s’y trouve si bien avec les soldats, laissons-le ». 17/11/14

nos tranchées 15 11

 

censure 6 11 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Taxes d’octroi . – Dans une lettre reçue à l’Ouest Eclair « Avec un élan unanime, avec une générosité vraiment exemplaire, le public aussi bien des villes que des campagnes, donne pour nos chers blessés… les gensqui expédient des denrées sont obligés d’acquitter les taxes d’octroi pour ces produits. Elles veulent faire un cadeau aux blessés et pour avoir le droit de l’offrir, force leur est de payer. Ne faut-il pas redouter que beaucoup d’entre elles ne se fatiguent rapidement. 5/11/14

Défenseur : Me Depasse.

5-11-14

3 -11 -14

 

 

RENNES – Au Conseil de guerre : Outrages. – Un domestique de ferme des environs de Rennes. L… se trouvant en état d’ivresse le 13 octobre, à neuf heures et demie du soir, insulta les artilleurs qui cantonnaient dans la ferme de ses patrons. Il s’en prit même à la sentinelle. Cela lui vaut huit jours de prison et 16 francs d’amende.

Défenseur : Me Depasse. 30/10/14

                                                                        ———–***———–

verdun 8 9 14

Les Boches n’ont pas dévasté Beignon : Que n’a-t-on pas dit à Rennes ces jours-ci concernant les prisonniers allemands de Coëtquidan ? Les bruits les plus facheux couraient à leur sujet ; on blâmait fort les traitements de faveur auxquels ils étaient soumis et plus encore, leurs faits et gestes.

N’allait-on pas jusqu’à affirmer que plusieurs centaines d’entre eux s’étaient évadés, qu’ils avaient saccagé des villages et incendié plus de 60 maisons à Beignon.

Grande fut la surprise de plusieurs habitants de cette commune, lorsque nous leur apprîmes que leurs maisons et leurs chapelles avaient été incendiées ! Le feu, nous dit l’un deux, n’a heureusement pas fait de ravages ici depuis longtemps 30/10/14

Rennes 17/10/14 : On quêtera demain pour nos Blessés

Rennes : Dernier avis aux exploiteurs.

La commission mixte de taxation est saisie d’un certain nombre de plaintes motivées par des exagérations scandaleuses de prix. Si l’on peut admettre que le commerce recherche d’exceptionnels profits dans la surélévation des prix lorsque des réjouissances locales amènent une grande affluence d’étrangers dans notre ville, on ne saurait tolérer sous aucun prétexte que ces même profits soient recherchés auprès de malheureux qui n’ont d’autres torts que ceux de se rendre à la frontière pour la défendre ou d’être contraints de fuir impuissants devant l’invasion.

 

propagande 3 14 9

 

 

porpagande2 13 9

 

 

 

liste des réfugiés 10 11 14

Publication des listes des réfugiés belges ou français pour que les familles ou amis puissent les retrouver

 

 

 

4 9 siège gouvernement transféré à Bx

 

 

 

 

1 9 14 propagande

 

 

 


                                                                        ———–***———–

30 8 titre

   

 

 

 

                                        ———–***———–

La population belge se réfugie à Rennes : Deux trains sont arrivés à Rennes 27/8/14

Arrivée de blessés. Dans la nuit de lundi à mardi, il était arrivé en gare trois trains de malades ou blessés. Le second laissant tout son monde à Rennes, soit 104 soldats ou sous-officiers. Du troisième, arrivé à 2 h 12, dix blessés étaient restés ici. Les autres ont été expédiés sur Dinard et Dinan. Hier, à une heure après-midi, nouveau convoi de 60 blessés… 26/8/14

Le prix du pain. La préfecture communique la note suivante : Le prix de la farine ayant été ramené à 39 francs les 100 kilos, la commission de taxation estime qu’il n’y a aucune raison de vendre dans le département le pain à plus de 2 fr 10. Elle ne peut qu’engager MM. Les Maires à user de leur droit de taxation. 25/8/14

Un convoi de blessés. Hier, après-midi, est arrivé à Rennes, le premier convoi de militaires blessés, à la frontière, au cours des engagements qui ont eu lieu, les derniers jours. Ils étaient une trentaine. Il y avait des fantassins, des artilleurs, des hussards, des chasseurs à pieds, des dragons. 14/8/14

 

Les secours de guerres à Rennes : Bien que le Comité Central des secours de Guerre soit encore loin d’avoir épuisé les ressources immédiatement mises à sa disposition par l’Administration Municipale dès le début de la période de guerre, il croit sage de faire appel à la générosité de nos concitoyens. Prévoir est tout. Déjà, grâce à l’action rapide du Comité, les chefs de famille mobilisés ont pu partir tranquilles à leur devoir.

17 8 titre

 

 

RELEVE DES GROS TITRES DE L’OUEST-ECLAIR

7 août : Une défaite allemande en Belgique

8 août : Un désastre allemand en Belgique

9 août : Une victoire française en Alsace

10 août : La retraite des Allemands en Alsace

11 août : Les Français pourchassent les Allemands en Belgique

12 août : On se prépare à la grande bataille

13 août : Les Allemands battent en retraite en Belgique

 

ET A RENNES: Les soupes populaires fonctionnent depuis plusieurs jours et elles fonctionnent admirablement. 12/8/14

LA MOBILISATION : L’ordre de mobilisation n’a surpris personne à Rennes. Il était prévu. Depuis plusieurs jours, à mesure que s’aggravaient les évènements, on l’attendait d’heure en heure. Ainsi l’a-t-on accueilli dans le calme, avec une patriotique dignité. 8/2/14

 

                                                                     ———–***———–

2 8 mobilisation générale

 

 

29 7 l autriche a déclaré la gueer

 

 

 

 

                                                                        ———–***———–

La fête patronale de Saint Hélier : Dimanche a eu lieu à Saint Hélier, sous la présidence de M. le chanoine Dubourg, la fête patronale des groupes paroissiaux de l’union catholique des chemins de fer. Une messe a été célébrée à 8 heures, à 10 heures s’est tenue l’assemblée générale. L’après-midi, vêpres, avec le sermon de M. l’abbé Phillippe, vicaire à Toussaints et procession.

On expulse les nomades : Les Rennais ont pu remarquer que depuis quelques jours, des nomades, marchands ambulants, vanniers, raccommodeurs de parapluie et de vaisselle, s’étaient installés sur un terrain du qui St Cyr. Sur l’ordre de M. Baïsse, les agents de la sureté se rendirent samedi quai St Cyr pour inviter les nomade à se retirer et à aller chercher fortune ailleurs. 21/027/14

                                                                     ———–***———–

UNE JOURNEE AUX COURSES

Les automobiles et les voitures qui stationnaient hier place de la Mairie à destination du Champs de Courses des Gayeulles étaient bondées dès une heure de l’après-midi. Les tramways à destination du faubourg de Fougères ont également dû faire une belle recette.

En montant la côte de Maurepas, les gens qui démocratiquement se rendaient au champs de course suaient et se plaignaient que le soleil soit aussi chaud.

Qu’importe, les courses furent belles. Aucun incident ni accident à signaler.

La dernière course se termina vers six heures du soir et les heureux gagnants se pressaient autour du pari mutuel pour toucher les 42 francs que rapportait le gagant du steeple-chase.(13/7/14)

                                                                      ———–***———–

LA KERMESSE DU THABORAujourd’hui a lieu au Jardin des Plantes, la kermesse dont le bénéfice est destiné à assurer le séjour à la mer aux enfants tuberculeux de l’Hôtel Dieu de Rennes. (5/7/14)

                                                                    ———–***———–               

2 7 foto fantassins

 

 

4 7 combat au maroc

 

 

   

                                                                    ———–***———–

29 6 sarajevoBerlin 28 juin – LE BRUIT COURT AVEC PERSISTANCE QU’A SARAJEVO UN ATTENTAT AURAIT ETE COMMIS CE MATIN CONTRE L’ARCHIDUC HERITIER FRANCOIS-FERDINAND.

UN INDIVIDU AURAIT TIRE DEUX COUPS DE PISTOLET SUR L’ARCHIDUC ET SUR LA PRINCESSE DE HOHENBERG,SA FEMME. TOUT DEUX AURAIENT EXPIRE PEU DE TEMPS APRES.

                                                                                      ———–***———–

RENNES SANS TRAMWAYS ?

Qui ne connait à Rennes l’usine des tramways électriques située boulevard Laënnec ? On sait aussi que cette usine est pourvue de prises d’eau dans la Vilaine qui sont absolument nécessaires à la condensation des machines et à l’alimentation des chaudières. Or de ce fait, les prises d’eau seraient taries d’un seul coup et les tramways seraient dans l’impossibilité matérielle d’assurer leur service.

Or l’administration des ponts-et-chaussées émet la prétention de mettre ensemble les deux biefs de la Vilaine.

Depuis quelques jours, des pourparlers se poursuivent et d’après les résultats de notre enquête, nous croyons savoir que l’administration des ponts et chaussées consentirait à ne mettre au cours qu’un seul bief à la fois.(29/06/14)

                                                                                ———–***———–

UN VOL DE BICYCLETTE Dans la soirée de jeudi, M. François Rio âgé de 24 ans, vendeur de journaux, demeurant rue de l’Arsenal, 12, avait laissé sa bicyclette à la porte d’un débit du boulevard Laënnec. Il resta quelques instants dans le débit, et à sa sortie il constata, non sans surprise, que sa machine avait disparu.

Une plainte a été adressée à M. le commissaire de police qui recherche l’auteur de ce vol. Le découvrira-t-il jamais ? (13/06/14)

                                                      ———–***———–

 

7 6 biscuits                                                      ———–***———–

bains 4 6 14 ENCORE UN SANS BILLET

René-Henri Gangoue, âgé de 23 ans, colporteur ambulant, se présenta mardi soir au Commisariat central de police, à l’effet de réclamer un billet de logement.

Pour obtenir ce billet, Gangnoue donna ses papiers et en feuilletant ceux-ci on constata que son carnet anthropométrique d’identité contenait une note de la gare indiquant que le colporteur avait voyagé sans billet de Vitré à Rennes. Le camelot a été conduit hier matin au parquet. (04/06/14)

                                                     ———–***———–

1 6 14 poincarré titre

 

 

photo poincaréA 5 heures exactement, tandis que sonnant aux clochers de toutes les églises de la ville, les cloches éparpillaient dans l’air des notes d’allégresse, le train présidentiel arrivait en gare. M. Poincaré descend du wagon et est salué à son arrivée par M. Saint, Préfet d’Ille et Vilaine et M. Janvier, Maire de Rennes. M. Poincaré traverse la salle d’attente magnifiquement décorée pour la circonstance.

Le cortège se met en marche précédé d’un peloton de dragons. Le spectacle est magnifique. L’avenue de la gare est noire de monde… Place de la Mairie, l’ovation prend des proportions inoubliables : 20 000 personnes font une ovation au Président qui visiblement touché salue et sourit avec bonté…

Puis c’est la réception à la Préfecture où doit avoir lieu la réception des corps constitués… suivi

d’un banquet sévère et grandiose dans la magnifique salle des pas-perdus du Palais de Justice. Discours de M. Janvier, M. Oberthur Président de la Chambre de Commerce, M. Lariboisière Doyen des Sénateurs d’Ille et Vilaine, … et de M. Poincaré qui termine ainsi : « Que la Bretagne, unie pour jamais à la France indivisible, recoive aujourd’hui dans ce palais ou siègea son ancien Parlement les voeux sincères du Président de la République. Je lève mon verre en l’honneur de la ville de Rennes et du département d’Ille et Vilaine. » (1/6/1914)

                                                      ———–***———–

 Au Conseil Municipal de Rennes : Révision du régime des octrois

Depuis le 1er janvier 1910, date de l’application du règlement d’octroi, actuellement en vigueur, la ville de Rennes est entrée dans une période de construction et de développement qui a donné à l’agglomération des faubourgs une nouvelle physionomie.

Sur certains point les modifications ont été telle qu’il n’existe plus trace du périmètre et qu’une nouvelle délimitation est de toute nécessité.

C’est en raison de cette extension que l’administration des contributions indirectes a obtenu, par arrêté du 18 janvier 1912, un agrandissement du rayon du droit d’entrée plus étendu aujourd’hui sur certains points que celui de l’octroi.

                                                      ———–***———–

24 5 14 goudron guyot 24 5 14 l ivrognerie

 

            

 

 

 

 

 

 

 

                                                      ———–***———–

mode 20 5 14

 

                                                                 titre monuments

Le 20 mai 1914 l’ »Ouest-Eclair » informe ses lecteurs que M. le Docteur Barot Maire d’Angers avait pris un arrêté qui pouvait servir d’exemple :

Considérant qu’il y a intérêt pour le renom de notre cité et pour tous nos concitoyens à favoriser l’extension du tourisme : qu’à cet effet il importe de conserver à la ville son cachet particulier et à certains quartiers leur caractère d’archaïsme, qui en fait un des attraits de notre ville.

En article premier, il est institué une commission, chargée de désigner et de cataloguer les bâtiments publics, immeubles privés ou sites de la ville d’Angers qui, en dehors des monuments historiques classés, offrent assez d’intérêt, tant au point de vue architectural qu’archéologique ou artistique, pour que le Conseil municipal en assure la conservation…

                                                                  ———–***———–

photo propreté des rue

Lettre soumise le 19 mai 1914 à l’approbation des lecteurs : Monsieur le Rédacteur en chef de l’ »Ouest-Eclair »

« Vous obligeriez un grand nombre de vos concitoyens en leur prêtant l’appui de votre estimable journal pour protester contre l’incurie administrative de notre bonne ville de Rennes en ce qui concerne la propreté des rues  et, conséquence directe, l’hygiène de ses habitants.

Il est pitoyable, scandaleux, de constater combien certains quartiers, notamment le boulevard de la Liberté, le boulevard de la Tour d’Auvergne sont envahis par la poussière aussitôt qu’il ne pleut plus. Quand la pluie tombe, la place de Bretagne est un bourbier. Quand il fait beau, tout ce quartier est enveloppé de poussière à jet continu et quelle poussière !

Les arrosoirs hippomobiles ne manquent pas en ce monde, à Rennes non plus. Si vous pouviez, Monsieur le Rédacteur en chef, les faire sortir un peu de leur torpeur, vous nous obligeriez tous et vous auriez la reconnaissance de l’un de vos assidus lecteurs. »

                                                                  ———–***———–

17 5 14 jaurès

L’image de Jean Jaurès a bien changé en 100 ans, l’humour journalistique aussi …

Le texte de l’Ouest-Eclair pas très lisible est le suivant :

« Suivi des radicaux-socialistes M. Jaurès fait son entrée triomphale dans Paris.

L’ogre socialiste aux radicaux – Puisque vous avez été bien sage on va s’offrir du bourgeois à la vinaigrette !!! »

 

 

                                                                  ———–***———–

 A PROPOS DE GALETTES (9/5/14)Mme Sauvage, marchande de légumes, rue Saint-Malo, avait servi jeudi l’après-midi plusieurs galettes et des oeufs à un brave ouvrier de la ville. L’écot se montait à 80 centimes.

 Quand vint le quart d’heure de Rabelais, notre homme constata qu’il n’avait pas d’argent sur lui, son porte monnaie étant resté dans son veston sur le chantier de son travail. Il avertit la marchande et sortit pour aller le chercher.

 En route, il rencontra des camarades et ne revint qu’hier matin pour s’acquitter de sa dette. Mme Sauvage avait déjà déposé une plainte entre les mains de M. le commissaire de police. La plainte a été retirée.

                                                                   ———–***———–

     9 5 14 savon erasmic

vin de vjal 11 5

 

 

 

 

 

 

 

                                                                 ———–***———–

Bandeau

La perte du « Saint-Solen » Saint-Malo, 14 mai. – L’Ouest-Eclair a annoncé ce matin le naufrage du terreneuvier sombré sur le Grand Banc de Terre-Neuve. Il était commandé par le capitaine Trémaudan et était monté par 32 hommes recrutés dans le quartier de Dinan.

 Ce sinistre est le septième qui se produit depuis le début de la campagne de Terre-Neuve.

 Un lancement Mardi matin, les Chantiers de la Loire ont procédé au lancement du cargo Château-Palmer, construit pour le compte de la maison Worms et Cie. Les principales caractéristiques de ce navire sont les suivantes : longueur 83 m ; largeur 11m ; creux ; 7 m ; port en lourd 2,300 tonnes ; tirant d’eau 5m ; puissance de la machine 1,780 chevaux ; vitesse en charge, 11 noeuds.

                                                               ———–***———–

 mont st michel 4 5 14 PARIS, 3 mai – La campagne menée avec tant d’activité et de clairvoyance par l’Association des Amis du Mont-Saint Michel commence à porter ses fruits. L’administration des Travaux Publics, entrant dans la voie des réalisations, vient en effet de prescrire l’enquête d’utilité publique relative à l’exécution pour une somme de 500,000 francs, des travaux destinés à assurer l’insularité du Mont-Saint-Michel.

                                                               ———–***———–

 pillules pink 4 5 14

RENNES, ESCALE D’AEROPLANE(5/5/14)

L’Ouest- Eclair a relaté les jours derniers l’arrivée à Rennes du capitaine aviateur Challes. Cet officier fut obligé d’atteri au Polygone, faute de mieux. C’est la première fois, que notre ville reçoit la visite d’un aviateur exécutant un vol d’entraînement.

Une chose qu’il est très intéressant de faire remarquer aux Rennais, c’est que la France est, chaque jour recouverte, si nous pouvons dire, d’aéroplanes militaires surtout. La Bretagne ne reçoit jamais leur visite. La plupart des grands oiseaux s’arrêtent à Angers puis remontent vers le Nord. Pourquoi cette préférence des aviateurs pour les autres contrées ? Cela tient tout simplement à ce que la Bretagne ne possède pas un seul hangar d’aviation. Atterir au milieu d’un champ n’a rien de drôle.

Rennes est une ville toute désignée pour être une gare d’avions. La prairie des Gayeulles s’y prête admirablement.

                                                               ———–***———–

 UNE GRANDE DECOUVERTE – La transfusion nerveuse (26/4/14)

 Après la découverte de la transfusion du sang, dont tout le monde a entendu parler, la Science s’enrichit encore d’une merveilleuse nouveauté : la transfusion nerveuse. Définitivement consacrée par d’impressionnantes communications à l’Académie de Médecine, la transfusion nerveuse, indolore et sans danger, guérit immédiatement et d’une façon définitive toutes les névralgies, aussi douloureuses soient-elles. Elle amène une amélioration en huit ou dix jours et la guérison en quelques semaines des états les plus cruels des affections nerveuses : palpitations, douleurs, angoisses,faiblesses, insomnies, désordre de la neurasthénie, de l’ataxie et de l’épilepsie.

 L’application de la transfusion nerveuse s’effectue à LORIENT tous les jours chez le Spécialiste de Paris bien connu, le docteur DUMAS, 22 rue de Brizeux, de 2 h à 7 h.

                                                               ———–***———–

 

L’ARRIVEE DES DRAGONS

 Le 24è régiment de dragons a fait hier matin son entrée dans notre ville.

 Il est arrivé par le Mail, et, à 9 heures et demie il traversait la place de la Mairie pour gagner le quartier de la Duchesse-Anne, qui lui est destiné. Précédée des trompettes des 7è et 50è d’artillerie, la fanfare du régiment alternait avec celle des canonniers.

 M. le colonel Geoffroy et M. le lieutenant-colonel Le Gouvello, qu’accompagnaient MM. Les colonels Dumay, Haffner et Berge, de l’artillerie, qui étaient allés à la rencontre du régiment, venaient ensuite en tête de la colonne.

 Les deux escadrons ont parcouru nos rues dans un ordre parfait, la flamme rouge et blanche flottant au vent. Deux mitrailleuses montées sur affût fermaient la marche. Quelques maisons avaient arboré un drapeau à leur fenêtre, place de la Mairie.

 

                                                              ———–***———–

 

LE VOL D’UN PARAPLUIE (24/4/14)

 Joséphine-Marie Bauce, femme Louazel, domestique de ferme, sans domicile fixe, est convaincue d’avoir le 17 mars dernier, soustrait frauduleusement un parapluie et une chemise au préjudice des époux Gaudin, cultivateurs à Cancale.

 Joséphine Louazel était employée en qualité de domestique de ferme chez les époux Gaudin; dans le courant du mois de mars elle quitta ses patrons sans les avertir, et ceux-ci ont constaté la disparition d’un parapluie après son départ.

 La prévenue nie le délit.

 Après délibération, la femme Louazel est condamnée à un mois d’emprisonnement.

                                                               ———–***———–

 Encore un attentat des suffragettes

LONDRES 17 avril :Le nouveau pavillon Brittania qui s’élevait sur le jetée de Yarmouth a été complètement détruit ce matin à 4 heures par un incendie. Le ministre l’a attribué à l’explosion d’une bombe déposée par les suffragettes ; une carte postale ramassée non loin de là sur la place portait au recto « vote pour les femmes ».

La jetée a beaucoup souffert. Les dégats sont évalués à 375 000 francs.

                                                              ———–***———–

18 4 14 pub dubonnet

                                                              ———–***———–

La nouvelle église Jeanne d’Arc –

C’est dimanche après-midi, à quatre heures, à l’issue des vêpres, que sera célébrée la bénédiction solennelle de la première pierre de la nouvelle église Jeanne-d’Arc, à Bellevue. La cérémonie sera présidée par l’Archevêque de Rennes Monseigneur Dubourg. (17/4/14)

                                                              ———–***———–

 

La grève des « Boueux »

Les lecteurs de l’Ouest-Eclair avaient été informés le 13 avril que les charretiers chargés de la répurgation s’était mis en grève le jeudi matin. Ils demandaient une augmentation de salaire de un franc par jour.

Le travail a repris, comme de coutume, une augmentation de 50 centimes ayant été accordée aux grévistes, au cours de l’entrevue que leurs délégués ont eue à la mairie avec MM. Crescent et de Cargouët.

                                                              ———–***———–

17 4 14 fautos

                                                               ———–***———–

 

Le conseil de révision  (16/4/14)

   Les opérations du conseil de révision pour le canton nord-est de Rennes ont eu lieu hier matin dans la grande salle de la rue Hoche.

   Durant tout le reste de la journée, les conscrits ont parcouru les rues de la ville en chantant des refrains patriotiques.  Les paysans avaient arboré à leurs chapeaux des rubans multicolores et des décorations. Au son d’accordéon et de mirlitons les conscrits ont arrosé la journée du conseil de révision.

    Voici les résultats des opérations : Ajournés de la classe 1912 – Inscrits, 35 ; bons, 14 ; service auxiliaire, 4 ; exemptés, 15 ; décédés, 2.

 

                                                               ———–***———–

 LE MARCHE SAINT GERMAIN déjà menacé en avril 1914.

Le marché Saint Germain eut l’honneur d’être traversé en 1878 par Mac-Mahon alors Président de la République et le Maréchal y reçut une magnifique gerbe de fleurs et les hommages des maraîchères de ce temps-là. Malgré cette visite présidentielle, les choux et la chicorée ne furent pas plus courus  par les ménagères et il faut même reconnaître qu’au cours des années, ce marché a baissé : sa situation un peu retirée est cause de sa défaveur.

Or, voici qu’on nous annonce que l’autorité municipale vient de décider que le marché serait transporté de l’autre coté de l’église, sur cette nouvelle place mal assise que nos jardinières doivent transporter leur étalage. Cette place minuscule offrira à nos marchandes, les avantages d’une glacière en hiver et d’une étuve en été.

Espérons que cette mesure non justifiée sera renvoyée à…  plus tard… car il nous semble bien que le statu quo est encore à tous égards, ce qu’il y a de préférable. 11 avril 1914

 

                                                               ———–***———–

guillotine

 

En 1914,  quand on écrivait que des têtes allaient tomber, ce n’était pas une figure de rhétorique, on annonçait que la guillotine était transportée pour des exécutions capitales.

 

         ———–***———–

 Le plafond du théâtre de Rennes.

 Il est exposé à Paris et inauguré par le secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts.

 Dès que la saison théâtrale sera achevée, on procèdera à la mise en place du plafond peint par notre compatriote, Lenormand. Ce plafond, qui est une oeuvre d’une rare et puissante originalité, est exposé actuellement à Paris dans la magnifique galerie de notre compatriote, M. Guérault, antiquaire, 3 rue Roquépine. Hier après-midi, à une heure et demie, M Jacquier, est venu visiter cette nouvelle exposition et en a été tout particulièrement satisfait. 3/4/1914

                                                                 ———–***———–

9 4 14 une mode qiui n'a pas marché longtemps

 

Les chaussures avec une effigie :

La mode du printemps 1914 n’a pas marché longtemps…

 

 

 

 

 

 

 

                                                                ———–***———–                         

FIN MARS EN VUE DES FETES, RENNES FAIT SA TOILETTE

 La place de la Mairie est complètement transformée, on l’a empierrée, le rouleau à vapeur a enfoncé les cailloux et depuis hier notre place est resablée.  le marché aux fleurs, qui se tient ordinairement du côté du théâtre, avait été contraint de « déménager » pendant qu’on empierrait ce coté de la place : les marchands de fleurs ont tenu leurs assises pendant quelques jours du côté du Présidial.

 A propos de ce marché aux fleurs, disons que lorsque le jardin du Palais du Commerce sera terminé, ce qui ne saurait tarder, car on y travaille très activement, le marché se trouvera sur la place de la République, près du pont de Berlin.

 M. Mauriceau, directeur des travaux, a promis à M. Janvier que tout serait terminé pour la venue de M. Poincaré.

 La deuxième aile du Palais du Commerce ne viendra pas tout à fait jusque sur le trottoir de la rue Chalais : il paraîtrait que la Compagnie des Tramways électrique y établirait un croisement.

 La grille du Thabor (entrée rue de Paris) que l’on attendait depuis longtemps va être posée dans quelques jours.

 Quand à la mairie, les travaux de restauration sont presque  finis. Les peintures de Roger ont été posées dans le grand escalier.  Elle sont intitulées, l’une « Au pays légendaire d’Armor », et l’autre « Rennes centre intellectuel de Bretagne ». M. le maire est installé dans son nouveau bureau depuis plusieurs jours.

 Les travaux vont être menés plus activement que jamais pour que tout soit terminé à la mairie au moment des fêtes de gymnastique de la Pentecôte.

                  31/3/1914                              ———–***———–

 

29 3 14 titreLe 29 mars l’Ouest-Eclair rapportait une dépêche de Paris-Midi affirmant que la guerre avait été à la veille d’éclater. Extrait « Nous savons personnellement que dans les journées de grave tension germano-russe vécues avant le communiqué Goremkine, la Russie fit poser à la France par un envoyé spécial extraordinaire cette simple question : La France est-elle prête ? Pouvons-nous marcher à fond. Vous trouverons-nous décidés et en mesure de nous soutenir jusqu’au bout quoi qu’il advienne ? Immédiatement, nette et décisive, la réponse fut : nous sommes prêts. Nous marcherons… « 

                                                                      ———–***———–

 ouest éclair

CROSS-COUNTRY – Le championnat de Bretagne (F.G.S.P.F.) 25/3/14

 L’organisation et les détails de la course ont été assumés par E. Roudaud, directeur du patronage et M. Lucien Jean, capitaine de l’Avant-Garde Quimperloise.

 Quand au contrôle d’arrivée, il était assuré par M. Potel, du Stade Lanionnais et M. Quédillac, délégué de la Commission Sportive de Bretagne.

 Vingt coureurs prennent le départ, mais, épuisés par les difficultés du parcours, trois abandonnent au bout des premiers kilomètres et 17 seulement franchissent la ligne d’arrivée dans l’ordre suivant :

 1er Le Guern, Jean de Brest ; (les 9 kilomètres en 35′) ; 2ème Salou Joseph, de Brest en 35′; 3ème, Picot Emile, de Lanester…

 Dans le classement par société,  les « Enfants du Plessis » de Lanester, remportent la première place malgré l’admirable course des équipiers « les Jeunes de Saint-Marc » dont deux coureurs se classent respectivement premier et deuxième, mais dont le troisième équipier n’arrive que treizième.

                                                                      ———–***———–

 

                                                                                en 14

Il y a 100 ans on se battait encore en duel 

Sous le titre « La guerre en dentelles », M ou Mme Pan nous racontait le 15 mars 1914 :

 

Ce n’est un secret pour personne puisque tous les journaux ont été payés pour le dire que M Jacques Richepin, fils de l’académicien, et M Pierre Frondale –connais pas !– se sont battus en duel vendredi dernier, les méchants, avec de vraies épées longues comme ça, et pointues ! Il y avait beaucoup de monde : des photographes, des journalistes, des académiciens et des petites femmes. Tout ça arriva sur le terrain qui n’était pas d’entente. Les belligérants quittèrent leur veston et se battirent comme des lions de Numidie.

 Bref M Frondale, deux fois nommé, fut un peu écorché à l’avant-bras. « Seulement, ajoute un journal, sa blessure n’est pas grave puiqu’il put remettre son pardessus tout seul ».

 Tout le monde sera ravi qu’il se tire à si bon compte d’un combat si féroce et surtout que son honneur soit satisfait.

 Il n’y a pas à dire, les moeurs se sont bien adoucies depuis Richelieu. En ce temps-là on allait deux sur le terrain mais il n’en revenait qu’un. Aujourd’hui se battre en duel ne fait guère plus de mal que d’être vacciné. Et tous les journaux parlent de vous ! Cela ne vous préserve pas de la variole…

                                                                     ———–***———–

Moins bien que Jules Vern, en 1914, le tour du monde en aéroplane en 120 jours

 Dépêche du 13 mars 1914 de New York

 L’aéro-club des Etat-Unis annonce qu’il sanctionnera très prochainement le projet d’un tour du monde aérien dont l’initiative a été prise par les organisateurs de l’exposition de San Francisco. Les aviateurs qui participeront à ce match sensationnel disposeront d’un délais de cent vingt  jours pour rejoindre leur point de départ après avoir effectué le tour du globe.

 Le règlement en préparation stipule que les concurrents qui ne voudraient pas se risquer à voler au-dessus de l’océan, seront libres de s’embarquer à bord de transatlantiques, restant entendu que lors de la répartition des prix, ceux qui auront franchi l’océan les ailes déployées seront naturellement favorisés.

                                                                                                       ———–***———–

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *