Prix Galette 2014

En 2014, le Consulat du Maroc s’est vu décerné le Prix Galette pour sa formidable rénovation du bâtiment principal.

Madame La Consule nous a fait l’honneur de venir lors de l’AG pour recevoir son prix.

Histoire du Consulat :

Source : « Rennes embellir la ville , la mise en valeur d’un quartier résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné », réalisée en 1987 par « l’Art en province » sous la direction de François Loyer avec le concours du Ministère de la culture.

L’avoué parisien Félix-Edmond DUBOSQ avait cédé gratuitement à la ville de Rennes , par contrat en date du 30 décembre 1862, les terrains nécessaires à la percée du boulevard de Sévigné, de l’avenue de Grignan et du rond-point du même nom.

Félix Dubosq possédait deux fermes au nord du Thabor : la Grande et la Petite Palestine et des terrains à bâtir, terrains convoités au moment de l’aménagement du Thabor par les frères Bühler et Martenot.
Féliix Dubosq avait imposé ses conditions à la ville : boulevard ouvert aux frais de la municipalité ( ainsi que l’avenue et le rond-point de Grignan), de 14 m de largeur, planté d’arbres sur toute sa longueur.
Félix Dubosq en bon promoteur avait imposé son architecte à la Ville : l’ingénieur Henri Ramet qui ne semble pas être un Rennais.

On lui doit l’immeuble situé à l’entrée du boulevard de Sévigné qui fait l’angle de la rue de Fougères et l’hôtel du consulat du Maroc : la propre demeure de Félix Dubosq, au n° 19. Bâti en 1867 ( d’après la demande d’alignement), cet hôtel imposant entre cour et jardin offre une architecture qui s’apparente à celle des châteaux XVII e : façade largement ouverte, toit à fortes pentes, rythmés par le jeu des cheminées et des épis de faîtage, léger avant-corps à fronton que soulignent le perron, le balcon de ferronnerie et la lucarne sculptée.

Réalisé au coup par coup , en fonction des moyens et des exigences des propriétaires, le » lotissement » est très inégal de qualité, les plus beaux hôtels sont ceux de la rive gauche, en retrait par rapport au boulevard et les plus proches du Thabor ( rue de la Palestine telle l’ école MJM , l’hôtel Le Chartier ,construit en 1885 par Jean-Marie Laloy).

L’hôtel de Félix Dubosq est de loin le plus imposant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *