Le lavoir Chézy

   Témoin d’un passé ouvrier, le lavoir du boulevard de Chézy tombe en ruines. Des habitants du quartier s’en émeuvent et les Amis du Patrimoine rennais demandent au plus vite une intervention de la ville.

Avant l’invention du lave-linge, les lavandières savonnaient, brossaient, essoraient le linge au bord de l’eau, parfois sur les cales mais aussi dans des lavoirs publics ou des bateaux-lavoirs. « En 1889 on estimait à une centaine le nombre de laveuses par jour à Rennes » rapportent les Amis du Patrimoine rennais après consultation des archives.

A Rennes, seul subsiste un lavoir, mais dans un bien triste état, près du boulevard Chézy. Visible de la promenade du bord de l’Ille, il est en fait une sorte de bateau-lavoir, mais sur la terre ferme.

Construit en 1880, l’ouvrage appartenait à la famille Briand, il est constitué de deux étages. « Au rez-de-chaussée, les lavandières s’installaient sur une marche au bord de l’eau avec des battoirs, des planches à laver, des brosses et du savon, » explique un membre de l’association qui ajoute : « A l’étage, sous un toit d’ardoise, elles étendaient leur linge sur des fils. »

Le lavoir était utilisé par des ménagères, des employées de blanchisserie ou des laveuses indépendantes qui travaillaient au paquet. Ses emplacements se louaient à la journée ou plus. En revanche, le bois pour chauffer les chaudières n’était pas fourni chez les Briand.

Le lavoir Chézy a été utilisé jusqu’en 1963. Il a ensuite servi d’abri pour les pêcheurs. Aujourd’hui, il est propriété de la Ville de Rennes. Mais bien qu’il soit répertorié comme un élément de patrimoine rennais important (trois étoiles dans le classement de la Ville), il est laissé à l’abandon et ne bénéficie pas des soins qu’il mérite.

Lettre au Président du Conseil Général octobre 2012

Lettre au Maire de Rennes juin 2012

Les deux associations, les Amis du Patrimoine Rennais et Hé, lecteurs à St Martin ! veulent par ce courrier attirer votre attention sur le lavoir de Chézy.

 L’Association des Amis du Patrimoine Rennais, depuis sa création en 2004, souhaite la restauration du lavoir Chézy pour sa qualité architecturale, pour le constat qu’il est, à Rennes, le dernier spécimen existant mais aussi pour son évocation majeure de la vie des « petites gens ».

En 2006, Les Amis du patrimoine Rennais écrivaient déjà au Maire de Rennes pour réclamer la rénovation du lavoir de Chézy et obtenaient la réponse suivante signée de l’adjoint à l’urbanisme de l’époque, Monsieur Hubert Chardonnet : « Ce petit patrimoine constitue un élément marquant de la promenade aménagée sur l’autre rive. Sa préservation participe à la reconquête et à la requalification des rives que la ville souhaite développer au travers de son plan bleu ; Nous pensons que la restauration du lavoir et tout ou partie de la maison sur laquelle il s’appuie doit s’inscrire dans un projet d’ensemble avec l’Ecole d’architecture, qui soit à la fois cohérent avec le programme développé, les nouveaux usages et la mémoire du lieu ». Belles intentions pour aucun effet sinon celui du temps qui chaque jour fragilise un peu plus ce beau vestige !

 L’intérêt pour cette construction unique en son genre à Rennes est largement partagé par les Rennais et en particulier par l’Association d’habitants « Hé, lecteurs à St Martin ! » soucieuse de la préservation de l’identité du quartier que ce lavoir rend visible aux promeneurs comme aux randonneurs informés par les guides, notamment le TopoGuides « Le pays de Rennes » ref. P352 édité par la Fédération Française de Randonnée. Son état de dégradation actuel n’est guère conforme à l’image que notre ville souhaite se donner.

 La ville de Rennes est en train de perdre les derniers témoins de son passé fluvial et donc de ses origines. En dehors d’un moulin que reste-t-il ? Le lavoir Chézy témoigne de l’histoire de l’activité des lavandières qui avaient une très grande importance économique et humaine dans la cité jusqu’en 1963. A cet égard on se reportera utilement à l’article de Jean Yves Veillard – Président d’honneur, Fondateur des « Amis du patrimoine rennais » – dans le Dictionnaire du patrimoine rennais.

 L’intérêt pédagogique de ce lavoir est une raison supplémentaire pour rendre indispensable sa sauvegarde et sa restitution aux Rennais. Son intérêt pédagogique est d’une grande actualité, notamment pour souligner l’importance de l’eau, de sa qualité ainsi que pour porter une réflexion urgente sur l’utilisation de l’énergie. Le lavage du linge nécessitait une eau propre, il fallait faire bouillir le linge avec une chaudière à bois régulièrement réapprovisionnée, le linge était frappé avec des battoirs, il était ensuite mis à sécher à l’étage du lavoir. Aujourd’hui, de nombreux foyers sont équipés de lave-linge et de sèche-linge. Combien de jeunes Rennaises et Rennais savent que les draps, les vêtements, étaient frottés à la main et séchés à l’air et au vent ? Et surtout combien de jeunes Rennaises et Rennais savent encore que leurs grands-mères ou arrières grands-mères, tout au moins celles qui faisaient partie des classes laborieuses, s’échinaient à genoux, les mains dans l’eau glacée l’hiver, à nettoyer le linge de la famille ou de leurs employeurs ? C’est cette mémoire qu’il convient de conserver.

 Les propositions sont nombreuses pour sa reconversion qui pourra être une occasion de chantier d’insertion : lieu d’exposition dédié à la condition des femmes, lieu d’accueil idéal pour une statue déposée à l’Hôtel Dieu et qui mérite une mise en valeur, lieu d’information sur le « vouloir d’achat » afin de former à des comportements de consommation responsable (et pas seulement dans le domaine de nos lessives) et bien d’autres idées que les Rennais se feront un plaisir de vous proposer.

 
Le lavoir Chézy  un boulet pourArticle paru dans le Mensuel de Rennes

Article paru dans « Ouest-France »

 

 

 

 

3 réponses à Le lavoir Chézy

  1. Ping : Blog de « Hé, lecteurs à St Martin ! » » Archives du Blog » Dernier lavoir rennais

  2. Moulai Philippe dit :

    bonjour
    je suis avec attention votre travail et apprend beaucoup sur l’histoire de la ville. Promeneur photographe, je profite de vos informations pour élargir mon champ photo
    merci

    • patrimoine dit :

      Bonsoir
      Et merci pour votre gentil message ! Cela encourage l’ensemble des bénévoles de l’association.
      N’hésitez pas à nous faire part de vos questions ou si vous repérez des endroits sympathiques et/ou atypiques.
      Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *