Découvrir

Découvrir Rennes : les  photos en 1900 et le même lieu en 2014

https://www.youtube.com/watch?v=23zX_VuONfc

https://www.youtube.com/watch?v=AmEOeZWq0UE

https://www.youtube.com/watch?v=VuXq3Es3gjE

https://www.youtube.com/watch?v=JLeeYG_1RRM&feature=youtu.be

———————————-

Un petit QUIZZ pour s’amuser et découvrir le patrimoine de Rennes LES QUESTIONS et LES REPONSES

——————————–

Cliquer pour voir la Petite collection de buvards rennais

 

 

 

 

 

——————————–

Un témoin du passé populaire de la rue du Thabor

Dans ce quartier riche de nombreux hôtels particuliers, des maisons en terre qui s’avancent fièrement sur la chaussée sont les témoins d’un passé plus populaire.

        lire l’article Ouest France sep 2013

                                                                                                                                         

Un abreuvoir p our chevaux qui était situé devant le Couvent des Visitandines du Colombier avant la constructiondu nouveau quartier, avait été sauvé par M. Charles MARTIN. Avec l’appui des « AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS », il a pu obtenir de la Ville de Rennes, la réinstallation de ce mobilier urbain patrimonial dans un nouveau jardin situé entre la rue de l’Alma et la rue Rabelais. Ce jardin porte le nom « Albert RENOUF » élu de la première municipalité HERVE en 1977 avant de devenir conseiller général du canton sud gare.

 

 

  

 

 

 

L’écluse « La Chapelle de Boby ». C’est un lieu-dit près du pont de Strasbourg

« L’ECLUSE DE LA CHAPELLE BOBY »

« LES AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS » ont reçu le 22/10/2010 une lettre de Monsieur Philippe Boby de la Chapelle, orienté vers l’association par 2 adhérentes.

Il sollicite le soutien des « AMIS DU PATRIMOINE RENNAIS » pour que la Ville de Rennes réalise ainsi que cela lui a été promis en 2009 :

– Le nettoyage des abords de l’Ecluse de la Chapelle Boby.

– Le signalement par un panneau indicatif du « Passage de la Chapelle Boby » (près du du Pont de Strasbourg) en précisant les dates de sa construction et de son origine….

« PETIT HISTORIQUE DE L’ECLUSE DE LA CHAPELLE BOBY »

(Notice de M. Joël DAVID – Chargé d’Odonymie. D.A.U. Patrimoine – Ville de Rennes)

L’origine du nom vient de l’alliance de l’ancien nom de la ferme sise au lieu dit « La chapelle » et du nom de l’ancien propriétaire qui occupait les lieux en 1695 dénommé « BOBY »..

LA CANALISATION DE LA VILAINE :

Les premiers travaux de canalisation de la Vilaine ont été exécutés de 1539 à 1575 en vertu de lettres patentes données le 1° Aout 1539 par François 1er . A Rennes, on construit l’écluse du Comte et l’Ecluse d’Apigné.

En 1610, construction de l’écluse de la Poissonnerie (Cette écluse qui n’existe plus était située à l’angle du Quai Lamennais et la rue Jean Denis Lanjuinais)

Après l’incendie de 1720, on construit les écluses de Joué et de Saint Hélier. Cette construction rend la Vilaine navigable de Cesson jusqu’à la mer.

En vertu de ettres patentes d’Octobre 1783, les Etats de Bretagne deviennent propriétaires de la navigation sur la Vilaine et conformément à leurs projets, on reconstruit de 1784 à 1795 certaines écluses (aucune sur Rennes).

En 1837 et 1838, reconstruction de l’Ecluse d’Apigné où l’on décide d’agrandir les sas.

Entre 1842 et 1844, construction des Quais de Rennes et en 1847, il est envisagé depoursuivre la canalisation vers Cesson jusqu’au Gué de Baud. Une délibération du Conseil municipal de 1848 autorise l’adjudication.

En 1851,début des travaux qui ont dû être interrompus ou ralentis en raison de la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Rennes (qui arrivera à Rennes, à l’emplacement actuel en 1857), qui devait se terminer en cul de sac au pied de la Caserne Saint Georges, en empruntant un tracé parallèle et au nord de l’Avenue Aristide Briand actuelle.

Ce projet était incompatible avec la construction d’une Ecluse au Mail Donges (Vers la rue de Viarmes) et en 1856, cet ouvrage doit être réalisé plus en amont vers la Chapelle Boby. Le projet doit passer entre la ferme de « la Chapelle » (que l’on appelle alors « La Chapelle Boby » du nom de l’ancien propriétaire) et le lieu dit « Les Bas Chemins ».

En 1858, construction de la déviation de 1400 mètres entre les Quais et le Gué de Baud avec la construction de l’écluse de « La chapelle Boby ». En 1860, les travaux sont terminés.

En 1892, réparation des portes de cette écluse.

En 1965, la décision est prise de remblayer la déviation et en 1970 les travaux sont terminés.

*************

« Histoire et Patrimoine des rivières et canaux  » nous donne  les informations suivantes

Le canal de la Chapelle-Boby, ou canal du Gué de Baud

Vers 1860 est construit un bief rectiligne de dérivation de la Vilaine en amont du centre ancien de Rennes. Cette dérivation, premier maillon d’une liaison projetée et inachevée vers l’est et la Mayenne, reçoit le nom de « canal de la Chapelle-Boby » ou « canal du Gué de Baud ». Comblé à partir de 1911, il est occupé aujourd’hui par les avenues Aristide Briand, Sergent Maginot, et, avec une belle originalité, des parkings !

Où est donc passée la première écluse ?

L’observateur attentif aura remarqué, à la simple lecture d’un guide fluvial, que la première écluse de la Vilaine navigable, « Comte », porte le numéro 2. Ce qui laisse supposer qu’il y a eu une écluse n°1. Et en effet, un plan d’avant 1720 nous montre une écluse « du Moulin de la Poissonerie », construite en 1612, non loin de la tour d’Apigné, à l’emplacement actuel approximatif du carrefour de la rue Comte Jean-Denis de Lajuinais et du quai Lamennais. Début XVIIIe sont construites encore deux autres écluses en amont, aux moulins de Joué et de Saint-Hellier. Cette écluse du Moulin de la Poissonnerie est encore mentionnée sur un plan de 1820, alors que les canaux bretons actuels sont en plein chantier. Quand en 1860 est ouvert le canal de la Chapelle-Boby (voir ci-dessus), en même temps que la Vilaine est redressée dans sa traversée de la ville, cette écluse se trouve reportée sur ce canal. C’est celle que montrent les photographies ci-dessus. Et plus tard, quand ce canal est lui-même à son tour abandonné et comblé à partir de 1911 (mais il est encore visible en 1929), cette écluse est remplacée par une nouvelle sise sur un bras de la Vilaine, au niveau du pont de la rue Dupont des Loges (voir photo ci-dessous). C’est vraisemblablement cette dernière qui aujourd’hui porte le n°1 des écluses de la Vilaine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *